Accueil

Formé au sein de l’école française de violoncelle auprès de Jean-Marie Gamard, Erwan Fauré, Henri Demarquette, Patrick Langot a construit son identité artistique en privilégiant les rencontres, quitte à sortir plus d’une fois des sentiers battus. Tour à tour soliste, chambriste, improvisateur, pédagogue, il refuse les ornières de la spécialisation et développe un jeu instrumental nourri des nombreuses expériences qui ont jalonné son parcours.

Il enregistrera en 2017 un CD monographique du compositeur Benoît Menut, Grand Prix Sacem 2016 catégorie Jeune Compositeur. Son interprétation de sa Micro Suite pour violoncelle seul figure sur le CD des lauréats. Il crée en décembre 2016 ses « Quantas » lors de la remise des prix aux Folies Bergères avec Syntonia et la soprano Maya Villanueva.

Patrick joue un violoncelle d’Auguste Sebastien Bernardel dit « Bernardel Père » datant de 1820.

Son nouvel album, aux côtés du pianiste Romain David et de la soprano Maya Villanueva, dédié à Alberto Ginastera (2016, Klarthe Records), contient l’intégrale de la musique pour voix, violoncelle et piano du compositeur argentin, ainsi qu’une commande à son jeune compatriote, Gabriel Sivak.

« le violoncelle, si cher à Ginastera, est pour moitié du CD un soubassement aussi solide que séduisant » – Classica, février 2017 (****)
« L’archet généreux, la sonorité pleine, riche, âpre et rauque aussi lorsque l’expression le réclame, de Patrick Langot trouvent un terrain d’expression rêvé dans ces pages » – Concertclassic.com, novembre 2016
« Toute la force de l’Amérique Latine sous les doigts de Patrick Langot. Et que dire de la sonate pour violoncelle et piano qui lui va comme un gant ? Sa force d’interprétation éclate à chaque mesure. Le trait est net et puissant. » – Ouest France, novembre 2016

Ardent défenseur de la musique d’aujourd’hui, il travaille avec de nombreux compositeurs : Henri Dutilleux, Régis Campo, Olivier Greif, Benoît Menut, Gabriel Sivak, Édith Canat de Chizy, Suzanne Giraud…

Son duo avec la violoncelliste Agnès Vesterman fut à l’origine de plusieurs créations de compositeurs tels que Nicolas Bacri, Philippe Forget, Régis Campo, et de leur sortie en CD. Leur enregistrement de la sonate pour 2 violoncelles « The Battle of Agincourt » d’Olivier Greif paru en 2010 chez Outhere/Zig-Zag Territoires fut unanimement salué par la critique :

« Deux œuvres passionnantes, inédites au disque, et un brûlant rappel : la musique de Greif peut, en trois notes, ouvrir un abîme sous vos pieds, tourbillon qui aspire l’auditeur vers le néant ou le propulse en pleine lumière. A chaque seconde, Agnès Vesterman et Patrick Langot campent avec intensité bourreaux ou victimes » – Diapason, mai 2010

Interpréter la musique des compositeurs du 17e et du 18esiècle sur instrument d’époque ne tient pas seulement de la recherche d’authenticité historique. Le violoncelle, comme tous les instruments de l’orchestre, fut en constante mutation avant d’atteindre sa forme et sa sonorité actuelles. Sur le chemin de la redécouverte du timbre et des harmonies d’un instrument tels qu’on peut se les représenter aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’interprète voit s’ouvrir devant lui tout un champ de liberté d’expression « nouvelle ».

Formé auprès de David Simpson, Patrick Langot interprète sur violoncelles baroques les suites et les sonates de J.S Bach, les ricercare de Gabrielli, Jacchini, Degli Antonii, les sonates de Vivaldi, Caldara, Boismortier, Geminiani, les concertos du répertoire baroque et classique : Haydn, CPE Bach, Porpora, Vivaldi…

Patrick joue un violoncelle « Arlequin » monté sur cordes en boyaux dont la table et les éclisses datent de 1704 et un violoncelle piccolo à 5 cordes de Leila Barbedette datant de 2011.

Depuis 2010, Patrick est le violoncelle solo et le continuiste d’Orfeo 55, dirigé par la contralto Nathalie Stutzmann. L’ensemble se produit sur les plus grandes scènes : Concertgebouw d’Amsterdam, Wigmore Hall à Londres, Festival de Salzburg, Händel Festspiele de Halle, Théâtre des Champs-Elysées… Leurs 3 premiers disques (Deutsch Grammophon, puis Erato) sont acclamés par le public et la presse. Un nouvel album sortira fin 2017 chez Warner/Erato.

Patrick est aussi régulièrement invité en tant que violoncelle solo au sein de nombreux ensembles sur instruments anciens ( La Chapelle Rhénane / B. Haller, Les Musiciens du Louvre / M. Minkowski, Les Musiciens de Saint Julien – F. Lazarévitch).

« The orchestra, Orfeo 55, play with a bristling energy throughout. Cello soloist Patrick Langot, is to be commended for his delicate solo during Son qual stanco Pellegrino. »– Limelight (Australia’s classical music & art’s magazine), avril 2015

En duo avec la claveciniste et pianofortiste Aline Zylberajch, il confie au violoncelle piccolo les sonates de Bach pour violon ou viole de gambe et clavecin, la sonate « Arpeggione » de Schubert, les sonates de Vivaldi…Leur programme de Cantates et sonates de Händel, Porpora, Vivaldi et Bach avec le contreténor Iestyn Davies ou la soprano Maya Villanueva réunit la voix et la sonorité du violoncelle à cinq cordes, toutes deux à la fois profondes et éthérées.

Leurs concerts aux festivals de Froville, Kersaint ou encore au Quartz Scène Nationale de Brest reçoivent un accueil très chaleureux du public, peu habitué à ces sonorités nouvelles dans ce répertoire.

Sa collaboration de 2006 à 2012 avec le Collegium Orpheus, dirigé par Jean-Marc Labylle, fut à l’origine de nombreuses interprétations des concertos du répertoire baroque et classique du XVIIIème siècle : Porpora, Vivaldi, CPE Bach, Haydn.

Patrick Langot & Aline Zylberajch en récital au Quartz de Brest . Photo : Dominique Cresson-Rybakov
« On le connaissait continuiste, chambriste. Avec ce concert, Patrick Langot s’impose en véritable soliste. » – Ouest France, janvier 2014

1999: Romain David et Patrick Langot créent SYNTONIA, unique quintette avec piano en France
2000: Prix « Tina Moroni » du Concours International de Florence
2017: 8 disques à leur actif, de nombreuses participations radio et télé, de très nombreux concerts : Roque d’Anthéron, Bouffes du Nord, Cité de la Musique, Scène Nationale de la Passerelle, Capitole de Toulouse, Parc Floral, Salle Molière… ainsi qu’une résidence à la Fondation Singer-Polignac

Cinq musiciens qui forment depuis presque 20 ans un noyau humain fait de complicité, de dynamisme et d’exigence dans le travail. Un quintette avec piano construisant son identité sonore dans la durée, loin des rencontres éphémères de quatuors connus et de pianistes reconnus.

SYNTONIA : Stéphanie Moraly, violon / Thibault Noally, violon / Caroline Donin, alto / Patrick Langot, violoncelle / Romain David, piano

> SITE DE SYNTONIA

Sorti en 2007, leur CD consacré aux quintettes de Schumann et Franck est le fruit d’une vision commune, longuement mûrie et a été récompensé par un « Diapason découverte », 4**** du Monde de La Musique et leur interprétation du Franck est élue « version de référence » par La Tribune des Critiques de France Musique. Celui des quintettes d’Antonín Dvořák et de Josef Suk est à nouveau acclamé par la presse (5 Diapasons, 5 Croches Pizzicato).

Leur nouvel album, consacré à Charles Koechlin, sort en septembre 2017 chez Timpani.

Syntonia aime aussi jouer la carte de la géométrie variable et défend la diversité des formations lors d’un même concert, comme avec la violoniste Sarah Nemtanu, avec qui ils tournent le « Salon de Musique » n°6 pour ARTE CONCERT en juin 2012.

Un intérêt marqué pour la musique de notre temps : ils travaillent notamment en étroite collaboration avec Henri Dutilleux, Edith Canat de Chizy, Jacques Boisgallais, Nicolas Bacri, Olivier Greif. Leur rencontre en 2000 avec ce dernier fut particulièrement déterminante. Ils créent son 4e Quatuor à cordes « Ulysses » un mois avant sa disparition, puis l’enregistrent chez Triton deux ans plus tard. Ce disque a été unanimement salué par la critique.

Un nouveau disque consacré à 2 œuvres inédites de Greif, également largement récompensé par la critique, sort en 2010 (Zig-Zag/Outhere).